L’ABBE GUILLAUME LE JEUNE

L’abbé Guillaume Le Jeune naquit au Guillec Vihan à Lannilis le  mars 1735. Ses parents, cultivateurs aisés, exploitaient outre la ferme du Guillec-Vihan une autre ferme voisine du nom de le Bout du Mail, en breton Pen ar Vail, qui se trouvait entre le Guillec, Kerscao et Kerbabu. Ces deux fermes dépendaient de la seigneurie de Kerbabu qui possédait une grande partie des fermes.

 

Auteurs

Office de tourisme du Pays des Abers
Le Pays des Abers va vous étonner sûrement, vous charmer nous l’espérons, vous conquérir sans doute, par la diversité de ses paysages. Une sortie en…

BIOGRAPHIE

Le père du futur abbé était un paysan cultivé et il dut à cette raison  être choisi comme gouverneur de la Chapelle Notre Dame de Trobérou.

Guillaume Le Jeune fit d’excellentes études à Saint Pol de Léon et, celle-ci terminées, il entra au grand séminaire de la ville. Le 11 mars 1759, il recevait la prêtrise dans la cathédrale de St Pol et il revînt aussitôt à Lannilis prendre place dans le clergé de la paroisse qui à l’époque ne comprenait pas moins de neuf prêtres. Son rôle à Lannilis consista à aider ses confrères dans la desserte des fondations qui existaient dans les très nombreuses chapelles. À partir du 10 juillet 1759, il présida en l’église de Lannilis, une double cérémonie : le remariage de son père veuf avec Jeanne Goachet et le mariage de sa sœur Marie-Françoise avec François Goachet, frère de Jeanne.

Après quelques années à Saint-Pabu, l’abbé Guillaume Le Jeune obtenait en 1771, au concours, la paroisse de Landéda où il s’employa à soulager les misères qui étaient à cette époque une affliction pour cette paroisse. Considéré par l’évêque de Léon comme un sujet d’élite, on lui doit les chants :

  • Tavid o tud heb credenn
  • Pa zaoulinomp
  • E tal o kroaz

Au concours du 22 juillet 1784, il était nommé recteur de Plougoulm. C’est là que la Révolution devait le trouver fidèle à sa foi. En effet celui-ci ne voulut pas émigrer et il essaya de se maintenir le plus longtemps dans la paroisse. Le dimanche 16 décembre 1792, une troupe de soldat révolutionnaires pénétra dans l’église en tirant des coups de fusils. Malgré la résistance, l’abbé fut arrêté, conduit à Saint Pol puis emprisonné au Château du Taureau à Morlaix. Il fut condamné à la déportation et embarque le 18 Avril 1793 pour Breme où il reçut le meilleur accueil de la part des autorités et de la population allemandes.

Après neuf ans d’exil, en 1802, l’abbé Guillaume Le Jeune peut enfin rentre à Plougoulm où on le vénérait comme un saint. C’est dans cette paroisse qu’il mourut le 28 mars 1807.

Accès rapide

Patrimoine bâti

Patrimoine maritime

Patrimoine naturel

Patrimoine immatériel

Espaces muséographiques

Abers patrimoine

Abers Patrimoine est un projet porté par l'office du tourisme du Pays des Abers

6 place de l'Europe
29880 Plouguerneau

Partenaires

Associations, communes du Pays des Abers

Contactez-nous

Confidentialité