Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

3 Place de l'Eglise - Situer

Auteurs

Office de tourisme du Pays des Abers
Le Pays des Abers va vous étonner sûrement, vous charmer nous l’espérons, vous conquérir sans doute, par la diversité de ses paysages. Une sortie en…

L’église de Plouguerneau, dédiée aux saints apôtres Pierre et Paul, fut construite entre 1852 à 1855 sur les plans de l’architecte Bigot pour remplacer l’ancienne église, datant du XVIIe siècle, détruite par un ouragan.
A l’intérieur se trouve un riche patrimoine mobilier et une statuaire remarquable (autel, mise au tombeau, « petits saints », croix de procession du XVe).

Brève chronologie

Un récit imprégné de légende raconte qu’au VIe siècle, saint Jaoua, neveu et successeur de saint Pol Aurélien sur le siège épiscopal du Léon, confie en 553 la charge de la paroisse de Plouguerneau à son ami Kenan. Bien plus tard, au XVe siècle, on trouve des premières listes de recteurs pour la paroisse et des premières mentions de l’existence d’une église. À la fin du XVIIe siècle, une nouvelle église est construite dont en reste aujourd’hui le clocher avec une pierre datée de 1701 ainsi que deux retables et deux bannières. La présente église date donc du milieu du XIXe siècle. D’après une plaque commémorative apposée sur le mur intérieur du clocher, l’église est consacrée par Mg Graveran, évêque de Quimper, le 20 septembre 1853; cependant, d’après l’abbé Pérennès, cette consécration aurait été faite près de trois ans plus tard, le 19 juillet 1855. Le calvaire à trois croix (le Christ avec les deux Larrons crucifiés avec Lui) visible près de l’église a été placé en 1881. Le placître, lui, a été réaménagé en l’an 2000.

Le maître-autel

Il comporte un coffre en bois très ouvragé représentant le repas du Christ avec les disciples d’Emmaüs et, tout autour, les Douze Apôtres. Sur la chaire, transformée en ambon, les statues des quatre évangélistes, avec leurs attributs, ainsi que celles de saint Pierre et saint Paul. L’ensemble avec le tabernacle, les stalles et la balustre constitue un très beau chœur néo-gothique.

Les Petits Saints

Ces petites statues – une quarantaine – sont encore aujourd’hui portées en procession dans la commune. On peut les voir lors du pardon paroissial le dernier dimanche de juin, lors du pardon de Saint-Michel fin septembre, et surtout lors de la fête de l’Assomption le 15 août, jour de grande marche de l’église du Grouaneg à la chapelle Saint-Michel.

La pierre tombale

Sous cette pierre datant 1885 repose Monseigneur Jean-Dominique de Poulpiquet de Brescanvel, né le 4 avril 1759, qui fut recteur de Plouguerneau avant et après la révolution puis évêque de Quimper et Léon de 1823 à sa mort le 1er mai 1840.

La Mise au Tombeau (1768)

Cette œuvre en bois de chêne polychrome fut commandée en 1768 pour la chapelle Saint Quénan. Elle séjourna d’abord dans la chapelle Saint-Kénan (ou Saint-Conan), confondue ou distinguée selon les sources de la chapelle du Sépulcre (mentionnée dans une délibération du Conseil Municipal en 1794). Elle fut ensuite transférée en 1868 dans la chapelle de l’Hospice (aujourd’hui chapelle Saint-Joseph), pour finir par rejoindre l’église paroissiale.

La Mise au Tombeau est réalisée d’après le modèle du Saint Sépulcre qui occupe la crypte de l’ossuaire de Saint-Thégonnec. Elle est composée de huit personnages: le Christ, la Sainte Vierge, sainte Marie Madeleine, sainte Marthe, saint Jean, sainte Véronique, saint Joseph d’Arimathie et saint Nicodème. Elle a été restaurée en 1997. Le livre La légende de la vie autour de la mort, Iconographie des mises au tombeau en Bretagne – que l’on peut trouver dans l’église – la situe au cœur des grandes œuvres de ce type en Bretagne et en Europe en général.

Cette Mise au Tombeau est une œuvre classée par les Monuments Historiques, tout comme l’est la croix de procession datée du XVe siècle et considérée comme la plus ancienne du diocèse.

Les vitraux

En dehors du vitrail de la tour et d’un oculus sur le bas côté, seul reste de l’église du XIXe siècle le vitrail central du chevet qui représente le Christ et les deux saints patrons de la paroisse: saint Pierre, à Sa droite, qui reçoit les clefs, et saint Paul, à Sa gauche, appuyé sur une épée.

Par ailleurs, quatre vitraux, ceux de Dom Michel le Nobletz, de sainte Jeanne d’Arc et de sainte Thérèse de Lisieux, dans le haut de l’église, celui de l’enfance de Jésus près des fonts baptismaux, sont de Pierre Toulhoat.

Les autres vitraux, qui sont de Le Bihan, sont de simples assemblages sans aucune inspiration. Même les couleurs ne correspondent pas aux couleurs de base de l’église.

Outre le clocher, il reste de l’église du XVIIe siècle deux très belles bannières que l’on peut admirer au fond du chœur, ainsi que deux retables, dont le retable du rosaire.

Accès rapide

Patrimoine bâti

Patrimoine maritime

Patrimoine naturel

Patrimoine immatériel

Espaces muséographiques

Abers patrimoine

Abers Patrimoine est un projet porté par l'office du tourisme du Pays des Abers

6 place de l'Europe
29880 Plouguerneau

Partenaires

Associations, communes du Pays des Abers

Contactez-nous

Confidentialité