Chapelle de Prad-Paol

Prad Paul - Situer

Auteurs

Office de tourisme du Pays des Abers
Le Pays des Abers va vous étonner sûrement, vous charmer nous l’espérons, vous conquérir sans doute, par la diversité de ses paysages. Une sortie en…

La chapelle est un édifice datant du XVIème siècle qui a été restauré au XXème siècle.

Petite chapelle ancienne dédié à Saint Pol Aurélien probablement en souvenir de son passage entre Tréglonou et l’Ile de Batz.

La légende dit que Saint Pol Aurélien fit jaillir trois sources pour désaltérer ses douze compagnons en frappant trois fois le sol de son bâton. Elles existent de fait toutes les trois: l’une sous la chapelle, la deuxième devant la chapelle, la troisième dans la prairie qui borde le chemin. Une autre légende raconte que le saint aurait décapité un dragon dont la tête aurait rebondi trois fois, donnant naissance aux trois sources.

Le site est riche en stèles gauloises. Des deux se trouvant devant la chapelle, l’une a été dérobée, une troisième est christianisée à Rann-ar Groas.

Prad Paol est un condensé des religions celte et chrétienne avec le passage de l’une à l’autre par l’appropriation du culte des eaux et celui des pierres.

Extraits de l'exposition sur l'histoire de la chapelle

Les Celtes

Les Celtes peuplaient l’Europe à l’époque préromaine occupant un vaste territoire allant des Pyrénées au Rhin, et de l’Irlande à la Roumanie.

La riche variété de leurs réalisations artistiques a largement contribué à la génèse de l’art européen. Les innovations se bousculent au cours de ce grand bouleversement de notre histoire: développement de la métallurgie et du fer, mise en valeur méthodique du sol par une société paysanne bien structurée, adoption d’un nouveau panthéon et de toutes les valeurs qui s’y rattachent, ouverture du monde méditerranéen avec l’instauration du monnayage.

La culture celtique atteignit l’Armorique vers 500 ans avant notre ère. Notre région n’est pas en reste; sa position géographique à la périphérie du monde celtique, mais en bordure d’un océan porteur d’hommes et d’idées, fait qu’on y trouve des traits classiques de cette civilisation celte à côté de spécificité régionales, dont essentiellement les stèles et les souterrains.

Age de Fer : les échanges

Une monnaie frappée au second siècle avant J.C. sur le territoire de Marseille et découverte sur le territoire de la commune de Plouguerneau est un indice certain d’échanges entre les communautés armoricaines de l’Age de Fer et le monde méditerranéen, comme le sont les fragments d’amphores Dressel, destinées au transport des vins italiens au premier siècle avant J.C., mis au jour sur l’île St Greignog en Landéda.

La monnaie gauloise de St Cava, exhumée au début su siècle est un point indéterminé de la commune, est un autre indice d’une vie économique active.

Age de Fer: le domaine des morts

Les défunts étaient généralement incinérés (bien qu’on connaisse aussi un certain nombre d’inhumations contemporaines) et leurs cendres placées dans des vases de céramiques, enfouis en terre avec quelques offrandes (cimetière de Penbrat Vihan en Lannilis). Ces tombes, ou ces petits cimetières, étaient souvent signalés en surface par des stèles, monuments de pierre de formes diverses (à sections, octogonales ou quadrangulaires en général), mais toujours caractérisées par leur axe de symétrie vertical, qui se voient en abondance dans le Léon.

Les saint bretons : de la légende à l’histoire

Parmi les immigrés bretons qui de Grande Bretagne virent, au Vème siècle et au VIIème siècle, s’établir dans la péninsule armoricaine, figuraient nombre de prêtres et de moines, Gallois pour la plupart, Cornouaillais et Irlandais. Ils traversaient la mer non seulement pour fuir un pays envahi par les Anglo-Saxons, mais pour accomplir un apostolat à une ascèse.

Le premier souci de ces moines et de ces ermites, en débarquant, c’est la recherche du “désert”, la solitude des bois ou celle des îles. Ces établissements monastiques qu’ils y créèrent sont désignés par le terme LANN. Tous ne choisissaient pas le désert. Certains accompagnent les troupes de femmes, d’enfants, d’hommes. Ils tiennent à côté la place qu’autrefois occupait le druide: officiant, diplomate, organisateur. Ils furent les pasteurs de communauté de fidèles désignées sous le nom de PLOUE.

Saint Hervé aurait suivi l’ermitage de Saint Harzian en Lannerche (Le Grouanec), à son retour de l’école des docteurs d’Irlande.

Accès rapide

Patrimoine bâti

Patrimoine maritime

Patrimoine naturel

Patrimoine immatériel

Espaces muséographiques

Abers patrimoine

Abers Patrimoine est un projet porté par l'office du tourisme du Pays des Abers

6 place de l'Europe
29880 Plouguerneau

Partenaires

Associations, communes du Pays des Abers

Contactez-nous

Confidentialité