Manoir de Kerbabu

Kerbabu 29870 Lannilis - Situer

Auteurs

Patrimoine des Abers
L’association PATRIMOINE DES ABERS, à but non lucratif, oeuvre depuis 2006 pour recenser, inventorier, valoriser et faire connaître le patrimoine des communes de LANNILIS et…

Le manoir

Le manoir de Kerbabu, converti en ferme, est une intéressante construction Louis XIII en pierres de taille, avec de hautes lucarnes à frontons courbes ou triangulaires, coupant la ligne de toiture et une tourelle ronde à cul-de-lampe sur la façade. On pourrait le décrire comme l’association d’un manoir original du Moyen-Age qui s’est agrandi par la suite à plusieurs reprises. La tradition médiévale côtoie donc ici la Renaissance bretonne, différente et légèrement plus ancienne que la Renaissance française.

L’aile de droite a une belle corniche soutenue de soubassements moulurés. Derrière le corps de logis, s’élève une tourelle carrée couverte en dôme, particularité que l’on retrouve à Kerouartz et à Kerosven. 

Un magnifique colombier est voisin du manoir. Il comporte 1200 alvéoles, chacune correspondant à ¼ d’hectare de terre, ce qui fait que nous pouvons évaluer la surface totale des terres du château à 300 hectares. Quand on sait qu’à cette époque la paroisse de Lannilis comptait un peu plus de 2.000 hectares, on se rend compte de l’importance de la propriété. Les grandes familles nobles qui se partageaient presque le reste du territoire étaient :
les de KEROUARTZ et les AUDREN DE KERDREL. Au centre, une pierre était destinée à faciliter la manœuvre d’une échelle tournante.
 

Le colombier est un signe de véritable noblesse. De même que le moulin, le moulin du manoir de Kerbabu se situait à Veleury. Ces deux attributs : moulin et colombier étaient le signe d’une authentique noblesse.

Blason : d’argent à 3 quintefeuilles de gueules. 

La famille de Kerbabu

La famille de BELLINGANT s’est fondue en 1721 dans PEMMARCH.

Les Bellingant étaient seigneurs de ce manoir bien avant le Moyen Age. Cette famille très remuante joua à Lannilis un rôle fort important. Elle eut des démêlés très vifs avec le clergé ainsi qu’avec les Kerouartz et les Kerosven. Famille par ailleurs très chrétienne, mais imbue de son importance et portée à l’esprit de domination. La famille s’est éteinte en 1804.

Le dernier seigneur de Kerbabu fut Claude Hubert de Bellingant. Il était né à Kerbabu le 5 juillet 1680, où il mourut presque octogénaire, le 21 août 1759. Il épousa successivement Anne de Perrien, une petite cousine qui mourut en accouchant, le 19 novembre 1705, puis Françoise de Kerjegu, ensuite Françoise de Silguy, qui disparurent également après plusieurs années. Après ces deuils successifs, le seigneur dut se résigner à vivre la plus grande partie de sa vie dans l’isolement mais aussi dans le calme agreste de Kerbabu. Seul dans son manoir, avec son personnel, le comte de Bellingant trouva un dérivatif à sa solitude dans ses fonctions de capitaine des garde-côtes de l’Aber-Wrac’h, qu’il exerça durant de longues années. Catholique pieux, il ne manquait pas de fréquenter le couvent des Récollets (Franciscains) qui s’élevait alors dans ce port et dont on voit encore l’important enclos et les ruines de la chapelle. Il obtint à la fin de sa vie la présence à Kerbabu d’un de ces religieux, le RP Ange qui l’assista à ses derniers moments. Claude-Hubert de Bellingant, fut inhumé dans la chapelle de Trobérou, le 22 août 1759, lendemain de son décès. Il devait être l’avant-dernier Lannilisien à être inhumé dans cette chapelle.  Aucun des héritiers ne s’était présenté.

L’héritage des Kerbabu semble être resté indivis jusqu’en 1763, année de la mort de Olivier de Bellingant,
l’un des fils de Claude-Hubert, qui avait quitté Lannilis depuis longtemps. A cette date, le manoir et les fermes qui
en dépendaient revinrent à un autre fils, Joseph de Bellingant, qui alla après son mariage s’établir à Foeil, près de
Chateaulaudren, dans les Côtes-du-Nord, au château de Crénan, dont il porta le nom Marquis de Crénan, et il ne
devait pas résider à Kerbabu.

Il semble qu’il y ait eu des difficultés dans la succession et certains fermiers furent quelques années sans
payer de fermage. Ils reçurent leur assignation d’avoir à le faire les 30 septembre et 1er octobre 1763.

Source: Sauvegarde du patrimoine de Lannilis

Le château fut réquisitionné durant l’Occupation pour caserner des soldats. Une écurie fut même construite pour abriter les dizaines de chevaux dont l’Occupant avait besoin.

Juste avant la Libération, en août 1944, une attaque de la garnison fut organisée par la Résistance locale. Elle tourna au désastre. Une dizaine de résistants meurent lors de l’attaque, et deux résistants sont fait prisonniers puis fusillés deux jours plus tard.

C’est ce drame que commémore le monument de Kerbabu.

Source: patrimoinedesabers.fr

 

Accès rapide

Patrimoine bâti

Patrimoine maritime

Patrimoine naturel

Patrimoine immatériel

Espaces muséographiques

Abers patrimoine

Abers Patrimoine est un projet porté par l'office du tourisme du Pays des Abers

6 place de l'Europe
29880 Plouguerneau

Partenaires

Associations, communes du Pays des Abers

Contactez-nous

Confidentialité